Défouloir

Pour les nouveaux inscrits et les invités                  Adresse couriel                 Le site du défouloir                Les photos du Défouloir                


Le top 5 France-Soir des faits divers insolites de la semaine

Partagez
avatar
Jean-pierre
Se défoule à fond

Masculin Nombre de messages : 95460
Age : 57
Localisation : 50.491371N 5.856528E
Loisirs : Internet
Date d'inscription : 05/03/2005

Le top 5 France-Soir des faits divers insolites de la semaine

Message par Jean-pierre le Sam 21 Avr - 12:40

Un braqueur piégé dans le coffre de la bijouterie

Cela s'est passé à Liège, chez nos voisins belges. Coiffé d'une perruque et d'un chapeau, ce véritable champion braqueur fait irruption dans une bijouterie de la ville mercredi vers 18h00, rapporte l'agence de presse Belga. Menaçant les vendeuses avec une arme, il les force à verser plusieurs kilos de bijoux dans de grands sacs. Facile. Gourmand, il continue sur sa lancée et se fait ouvrir le coffre-fort de la bijouterie. L'homme se frotte les mains, il dérobe autant de bijoux que ses sacs peuvent en contenir. Seulement voilà, au moment de sortir, il trouve porte close... Les vendeuses ont profité de ce moment d'inattention pour refermer la porte et le piéger à l'intérieur. La police n'a eue qu'a cueillir le malheureux malfrat... avant de le transporter à l'hôpital. L'homme s'est en effet blessé aux mains en donnant des coups sur la porte close. Dommage.


Les mamies préféraient leur « tripot » au tricot

Les agents de la direction des douanes et des droits indirects de Champagne-Ardennes ont réalisé un véritable coup de filet dans le milieu du jeu clandestin marnais. Ce soir de mai, près de Rethel, 70 personnes étaient regroupées dans la salle de jeux clandestine. Les deux suspects ont été interpellées sans heurts. Une affaire rondement menée...

Micheline Trombois, 75 ans et Marie-Claude Pezotta, 63 ans, seront condamnées en octobre 2011 à payer 70.000 euros d'amende, par le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières pour « ouverture d'un établissement de spectacle, jeux ou divertissements, sans déclaration préalable », « défaut de tenue d'une comptabilité spéciale par cercle ou maison de jeu », « non déclaration des recettes d'un cercle de jeux » et « non-paiement de l'impôt sur les cercles et maisons de jeux », révélait jeudi le journal l'Union.
Pourtant, dans le tripot des mamies, pas de machines à sous, ni de roulettes et encore moins de black jack. Leur syndicat du crime ? L'association « Bingo coeur vaillant ». Les deux mamies organisaient en réalité des lotos dans les villages de la Marne. En 131 parties, elles avaient dégagé 467.000 euros de recette brute, reversée jusqu'au moindre centime à des associations caritatives...mais jamais déclarée au fisc. Les associations caritatives ont en effet le droit d'organiser des lotos, mais seulement trois fois par an. L'avocat des deux mamies dénonce une « discrimination » comparée à la libéralisation des jeux en ligne et les mamies ont fait appel de cette décision. Un appel renvoyé au 2 mai.

Une balle dans la tête depuis deux mois, l'agresseur était en fait sa femme

Retour en Belgique, non loin de Waterloo, à Braine-le-Château cette fois. Depuis deux mois, Roger souffrait de terribles maux de crâne. Selon lui, ces douleurs provenaient d'une agression dont il avait été victime en décembre. Ce soir là, Roger avait eu un trou noir. C'est sa femme qui lui a tout raconté : des cambrioleurs sont entrés dans la maison pendant la nuit et l'ont violemment frappé à la tête. Ne tenant plus, Roger se rend à l'hôpital le 10 février dernier. C'est là que les médecins découvrent une balle logée dans son os frontal. Réentendue par la police, l'épouse de Roger a avoué avoir menti à son mari. Ne supportant plus son époux, elle lui avait tirée dessus avec une carabine pendant son sommeil. Inculpée pour tentative assassinat, la femme s'est ensuite rétractée : leur fils, Benjamin, serait le tireur. Elle l'aurait couvert par amour maternel. Affaire à suivre.

À Marseille, même la police n'est pas à l'abri du vol

Deux fois. Deux fois de suite, la police marseillaise s'est fait voler... au même endroit. Dans la nuit de jeudi à vendredi, c'est d'abord un fourgon qui est dérobé dans l'enceinte « sécurisée » du secrétariat général administratif (Sgap) ou est gérée la « logistique » de la police, situé dans les quartiers Nord de la cité phocéenne. Le véhicule sera retrouvé incendié plus tard. Puis, dans la nuit de dimanche à lundi, des deux roues, dont deux scooters, disparaissent avec une voiture de marque italienne et des gilets pare-balles. Selon le site internet du magazine Marianne qui dévoile l'affaire, « six jeux de plaques d'immatriculation », auraient également été volés. Selon l'AFP, seul une source au parquet communique sur cette série d'évènements. Le préfet Alain Gardère, proche de Claude Guéant, n'a pu être joint par l'agence de presse.

Le pilote de l'avion confond Vénus avec un avion : 16 blessés

Le pilote d'Air Canada venait de se réveiller d'un repos en vol de nuit. Apparemment victime de « l'inertie du sommeil » et donc « probablement confus et désorienté », le copilote avait d'abord pris la planète Vénus pour un autre avion, avant de penser à tort qu'un avion de l'armée américaine, visible à l'œil nu, était en train de foncer vers lui. Il fait plonger brusquement son Boeing, faisant 16 blessés parmi les occupants, selon un rapport d'enquête publié lundi. L'autre appareil était en fait à mille pieds (300 m) au-dessous et ne présentait aucun danger. L'incident est survenu en pleine nuit le 13 janvier 2011 lors d'un vol reliant Toronto à Zurich, à mi-chemin au dessus de l'Atlantique, alors que l'appareil était sur pilote automatique, précise le rapport.
Lorsque le copilote a poussé sur le manche, l'avion a plongé brusquement de 400 pieds (120 m), puis, le capitaine ayant repris rapidement le contrôle des commandes, il est remonté de 800 pieds. Quatorze passagers et deux membres d'équipage ont été blessés par les secousses. Ils n'avaient pas bouclé leurs ceintures de sécurité, bien que le signal lumineux le leur ait demandé 40 minutes plus tôt, l'appareil approchant d'une zone de turbulences. Le vol s'est poursuivi sans incident. A Zurich, sept passagers ont été conduits à l'hôpital qu'ils ont quitté peu après. Un voyage mémorable...

francesoir.fr

Comme quoi il s'en passe de fait divers et insolite.

J'aime bien le braqueur qui se trouve enfermé dans le coffre, j'avoue qu'il faut être particulièrement bête pour faire une erreur de ce genre lorsqu'on fait quelque chose d'illégal.


*********************************

Défouloir

Photos-Camions

    La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 0:37