Défouloir

Pour les nouveaux inscrits et les invités                  Adresse couriel                 Le site du défouloir                Les photos du Défouloir                


Une start-up s'offre un coup de pub en mettant l'Elysée en vente !

Partagez
avatar
Boulamite
Invité

Une start-up s'offre un coup de pub en mettant l'Elysée en vente !

Message par Boulamite le Jeu 16 Juil - 11:40



Non, François Hollande ne s'est pas reconverti en agent immobilier. Le chef de l'Etat Thumb down apparaît bien ce lundi devant l'Elysée avec un panneau «A vendre», mais il s'agit d'un photomontage destiné à promouvoir Crowdimo.
fr.
Cette start-up, spécialisée dans le crowdfunding (financement participatif) immobilier et lancée en janvier 2015, détourne l'image du président de la République pour faire sa pub, notamment dans «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France» et sur LeParisien.fr.
«Le 14 juillet 1789, les Français ont pris la Bastille. Le 14 juillet 2015, Crowdimo.fr permet aux Français de racheter l'Elysée», peut-on lire. L'annonce n'en reste pas là.
«Aujourd'hui, l'Etat cède de très nombreux biens immobiliers», est-il expliqué.
«Certains biens sont vendus depuis une dizaine d'années à des investisseurs de pays étrangers, n'ayant pas les mêmes valeurs de liberté et de démocratie que nous», poursuit la publicité, qui promet «à chacun de devenir propriétaire de mètres carrés à l'Elysée» et invite à signer «une pétition financière».
S'il est vrai que l'Etat a engagé une politique de cession de ses biens immobiliers via France domaine, l'Elysée n'est bien entendu pas à vendre.
Et l'image du chef de l'Etat a, pour cette campagne de publicité, été utilisée sans l'autorisation de la présidence. Contacté, notamment pour savoir s'il comptait engager des poursuites, l'Elysée n'a pour l'heure pas répondu à nos sollicitations.
«C'est très très sérieux dans le fond»
«Ce qu'on a fait n'est ni méchant, ni mauvais», se justifie le cofondateur de Crowdimo.fr, Yoni Botbol. «L'idée, c'est de faire du bruit», poursuit le jeune entrepreneur de 25 ans, qui a monté sa start-up en duo avec un camarade d'école, Maurice Brami, 24 ans.
«Le but, ce n'est pas que les gens le prennent au premier degré, souligne Alexandre Barbera, chef de projet chez Hémisphère droit, l'agence de communication à l'origine de la campagne. Ils lancent ça pour se faire connaître.»
Faire le buzz, donc. Mais avec une petite idée derrière la tête.
«C'est très très sérieux dans le fond», jure Alexandre Barbera. Crowdimo.fr se verrait bien développer une branche patrimoniale. Soit, donner aux Français la possibilité de racheter des biens immobiliers mis en vente par l'Etat via des opérations de crowdfunding. Yoni Botbol «adorerait rencontrer François Hollande» pour lui exposer son projet.
En milieu d'après-midi, lundi, il certifiait avoir rassemblé plus de 500 000€ sur sa «pétition financière». Il ne s'agit que de promesses. Qui plus est pour racheter un bâtiment, l'Elysée, qui n'est pas à vendre.
Mais la start-up a fait parler d'elle.
Et fait grossir son fichier de clients potentiels. Il fallait donner ses coordonnées pour signer la pétition.

Source : Le parisien.fr

Certes l'Élysée n'est pas (encore) à vendre, mais bientôt elle le sera avec les bons à rien de gauche !!!!!


    La date/heure actuelle est Jeu 27 Avr - 1:27