Défouloir

Pour les nouveaux inscrits et les invités                  Adresse couriel                 Le site du défouloir                Les photos du Défouloir                


Lénine , reviens , ils sont devenus fous !!!!

Partagez
avatar
Michel
Se défoule à fond

Masculin Nombre de messages : 24218
Age : 64
Localisation : Maubeuge
Loisirs : Les vacances , lecture , photos . Internet .
Date d'inscription : 19/04/2008

Lénine , reviens , ils sont devenus fous !!!!

Message par Michel le Sam 2 Mai - 15:14

Toutes les communes dont les noms font référence à des saints , ex : Saint-Claude (non d'une pipe) dans le jura vont être supprimées !!!


http://www.minute-hebdo.fr/tout-minute/actualites/835-valls-veut-debaptiser-5-000-communes-francaises

Valls veut débaptiser 5.000 communes françaises ! rambo
Vous habitez à Saint-Martin ou à Sainte-Marie ? Attendez-vous à ce que votre village soit débaptisé !
Au nom du "vivre ensemble", un rapport officiel préconise de supprimer toute référence chrétienne dans les noms de communes !
Le premier acte de la lutte contre l’ "apartheid territorial" et une folie pour complaire aux musulmans.
Le rapport que le groupe de réflexion "Laïcité et République moderne" doit rendre à Manuel Valls dans la première quinzaine d’avril n’a pas fini de faire couler de l’encre selon la méthode socialiste qui consiste à agiter des débats de société pour faire oublier les difficultés économiques et sociales et, au passage, tenter de reléguer les récalcitrants dans le camp des « obscurantistes".
Ça va être l’occasion de voir qui est vraiment républicain et qui ne l’est pas , a confié un conseiller du premier ministre, déterminé à faire aboutir cette réforme.
Baptisé – si l’on ose dire – "Revoir la toponymie de la France à la lumière du vivre ensemble" , ce rapport, dont nous avons pu prendre connaissance, a été principalement établi par deux parlementaires, le député PS du Cher, Yann Galut, leader du collectif La Gauche forte, et le sénateur EELV du Val-de-Marne, Esther Benbassa, fondatrice du microscopique parti Pari(s) du Vivre-Ensemble.
Il dresse ce constat qui fait écho à l’ "apartheid territorial, social, ethnique évoqué par Manuel Valls en janvier : "Sans que l’on y prenne garde, une fracture sémantique s’est développée dans la société".
De moins en moins nombreux sont les habitants de notre pays qui comprennent à quoi renvoient les noms des communes. En conséquence, eux-mêmes ne se reconnaissent pas du tout dans les gentillés  [les noms des habitants d’un lieu, Ndlr], qu’ils peuvent voir comme "une agression à leur égard."
Les référendums locaux récusés !
Le rapport cite entre autres exemples celui des habitants de Pont-l’Abbé, dans le Finistère, qui sont appelés des Pont-l’Abbistes : "Face à ce type de dénomination, toute une catégorie de population est amenée à se demander s’il s’agit d’une insulte."
On répondrait bien qu’ils n’avaient qu’à être plus attentifs à l’école mais manifestement, ce n’est pas le sujet. Il faut en arriver à la page 27 de ce rapport (qui en compte 52) pour que le mot musulman soit enfin cité.
"Une fraction croissante de la population d’origine musulmane, y lit-on, est heurtée par des appellations toponymiques qui sont autant de manifestations d’une époque archaïque où l’identité de la France, loin de s’assumer comme plurielle, se définissait exclusivement sous le signe d’une chrétienté triomphante et totalitaire." Une phraséologie de combat qui laisse penser que le rédacteur a fait ses classes chez les anticléricaux plutôt que chez les curés !
Sur ces belles considérations et quelques autres – "Nul autre domaine que celui-ci ne donne autant la mesure du poids persistant du catholicisme dans la République" –, le rapport propose une série de mesures, dont certaines radicales, "afin que le vivre ensemble ne soit pas seulement une formule destinée à camoufler la domination religieuse de la part la plus réactionnaire de la société sur ses nouvelles forces vives".
La principale mesure suggérée : est de débaptiser tous les noms de communes comprenant « saint » dans leur intitulé afin de "relaïciser profondément la République" en supprimant un "affichage discriminant" !
Toute consultation de la population est par avance proscrite, au motif, lit-on encore, que "des référendums locaux, s’ils sont généralement des éléments de revitalisation de la démocratie, seraient ici inopportuns et même néfastes car ils libéreraient une parole réactionnaire qui ne saurait s’exprimer en dehors des édifices cultuels".
Opération à 3,4 milliards d’euros !
Cette idée démente – elle est qualifiée d’ "audacieuse" – n’est pas une première. Sous la Révolution française, la Convention mena une chasse sans merci aux dénominations qui n’étaient pas "révolutionnairement correctes".
Un décret du 25 Vendémiaire an II (16 octobre 1793) invitait les communes qui souhaitaient se défaire de leur nom qui pouvait "rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou de la superstition, de s’en occuper incessamment".
Trois mille communes furent ainsi renommées, certaines de force, jusqu’à ce que la Première Restauration, en 1814, n’annule toutes les modifications.
Pendant une vingtaine d’années, Saint-Quentin, dans l’Aisne, était devenu Egalité-sur-Somme, Saint-Caprais (Al­lier) avait laissé la place à Thémistocle ou Saint-Michel-de-Rivière (Dordogne) s’était mué en Esprit-des-Lois… Le Mont-Saint-Michel lui-même était devenu Mont-Libre… La France vit fleurir durant ces années des L’Unité-Nationale, des Sans-Culottes de la Manche (sic), des Mont-Marat, des L’Ami-de-la-Vertu ou des Jean-Jacques Rousseau (à place de Saint-Esprit, près de Bayonne).
Partant du principe que ce qui a donc échoué il y a deux siècles doit être repris et, cette fois, mené à terme, le groupe de réflexion "Laïcité et République moderne" propose d’aller vite.
Il suggère de profiter de l’année 2016, où il n’y a pas d’élections, pour établir la liste des communes à débaptiser (liste à établir pour le 31 mars), puis décider administrativement du nouvel intitulé (30 juin) pour une entrée en vigueur au lundi 3 octobre.
Preuve de la légèreté avec laquelle ces travaux ont été menés, le rapport, plutôt que des statistiques officielles, cite Wikipédia pour donner l’ampleur de la tâche que le gouvernement – qui n’a que ça à faire ? –devrait accomplir en à peine plus d’un an : "3927 communes commencent par “Saint’’(10,7 % des communes françaises), y compris Le Saint".
Le saint le plus courant est Saint-Martin (222 communes), suivi de Saint-Jean (170 communes) et Saint-Pierre (155 communes). 471 autres communes possèdent le terme “Saint’’ à l’intérieur de leur nom. 334 communes commencent par “Sainte’’ (0,9 % des communes françaises), y compris Saintes et Les Saintes.
La sainte la plus courante est Sainte-Marie (40 communes, y compris Saintes-Maries-de-la-Mer), suivie de Sainte-Colombe (27 communes) et Sainte-Croix (25 communes). 62 autres communes possèdent le terme “Sainte’’ à l’intérieur de leur nom. 
Ce sont près de 5 000 communes françaises (4.794) sur 36.000 qui seraient contraintes à changer de nom !
A moins que la population "réactionnaire" et ses élus ne s’y refusent… ou que Bercy ne s’y oppose….
Selon ce rapport, le coût direct et indirect de l’opération serait de 3,4 milliards d’euros !

Marc Bertric.


 
A FAIRE CIRCULER PARTOUT ET SANS MODÉRATION !!!...
Car cette opération devrait coûter 3,4 milliards d’euros que monsieur VALLS-Musette paierait avec l’argent public , l’argent du CONtribuable , donc avec NOTRE POGNON , juste pour détruire tout un pan de nos valeurs et faire plaisir aux gentils musulmans !!! Thumb down
avatar
Jean-pierre
Se défoule à fond

Masculin Nombre de messages : 95633
Age : 58
Localisation : 50.491371N 5.856528E
Loisirs : Internet
Date d'inscription : 05/03/2005

Re: Lénine , reviens , ils sont devenus fous !!!!

Message par Jean-pierre le Sam 2 Mai - 18:45

Ils sont carrément devenus fous ça va provoquer de vive tension et une monté du FN inéluctable si l'opposition classique ne monte pas au créneau de suite.


*********************************


    La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 20:46