Défouloir

Pour les nouveaux inscrits et les invités                  Adresse couriel                 Le site du défouloir                Les photos du Défouloir                


QUAND HOLLANDE FUSTIGEAIT LE 49-3 : "UNE BRUTALITÉ, UN DÉNI DE DÉMOCRATIE"

Partagez
avatar
Jean-pierre
Se défoule à fond

Masculin Nombre de messages : 95536
Age : 57
Localisation : 50.491371N 5.856528E
Loisirs : Internet
Date d'inscription : 05/03/2005

QUAND HOLLANDE FUSTIGEAIT LE 49-3 : "UNE BRUTALITÉ, UN DÉNI DE DÉMOCRATIE"

Message par Jean-pierre le Mar 17 Fév - 20:39



Alors premier secrétaire du PS, il avait critiqué l’attitude du gouvernement Villepin lors de la crise du Contrat première embauche, en 2006.
Confronté à une majorité fragile, François Hollande a autorisé, mardi, le gouvernement à recourir à l’article 49-3pour faire adopter la loi Macron. Un épisode qui en rappelle un autre, il y a une dizaine d’années…

Début 2006, des centaines de milliers d’étudiants sont dans la rue, furieux contre le projet du gouvernement Villepin visant à instituer le contrat première embauche (CPE) pour les jeunes, aussitôt qualifié de "smic-au rabais".

Avec ce nouveau texte, le gouvernement pense détenir la bonne solution pour tenter d’endiguer un chômage des jeunes endémique - il dépasse, à l’époque, les 20 % alors que le taux de chômage de la population active se situe à environ 9 %.

Droit dans ses bottes

Et tant pis si les partenaires sociaux n’ont pas été concertés, et tant pis si le gouvernement a déjà fait passer par ordonnance (sans vote du parlement) , l’année précédente, le Contrat nouvelles embauches (CNE, le cousin du CPE destiné aux entreprises de moins de 20 salariés).

Droit dans ses bottes, le gouvernement Villepin décide alors de passer en force et fait adopter le CPE à l’Assemblée, en recourant à l’article 49-3 de la Constitution, qui permet l’adoption d’un texte sans vote du Parlement.

La gauche hurle au loup avec, en tête, le premier secrétaire du PS, un certain François Hollande qui prend la parole : "Malgré ce passage en force, nous poursuivrons le débat parlementaire. Le 49.3 est une brutalité, le 49.3 est un déni de démocratie, le 49.3 est une manière de freiner ou d’empêcher le débat parlementaire."

lcp.fr

Même pas 10 ans après il fait un retournement de veste des plus brutals qu'il soit.

On voit une fois encore l'amateurisme de la personne qui après avoir fustigé Nicolas Sarkozy lorsqu'il était président se sert lui-même de cette fameuse lois.

Que croyait-il ? Que nous avions oubliés Question Qu'il n'y avait pas d'archive de ses propos Question Que nous n'oserions pas les ressortir Question

Oui ce gouvernement doit démissionner mais pas que le gouvernement, le président lui-même est mit en échec par sa propre majorité et là il n'a plus aucune raison démocratique de se maintenir au pouvoir.


*********************************


    La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 13:00