Défouloir

Pour les nouveaux inscrits et les invités                  Adresse couriel                 Le site du défouloir                Les photos du Défouloir                


Allemagne : le leader du mouvement anti-islam Pegida se met en retrait

Partagez
avatar
Jean-pierre
Se défoule à fond

Masculin Nombre de messages : 95333
Age : 57
Localisation : 50.491371N 5.856528E
Loisirs : Internet
Date d'inscription : 05/03/2005

Allemagne : le leader du mouvement anti-islam Pegida se met en retrait

Message par Jean-pierre le Mer 21 Jan - 23:16

Lutz Bachmann, fondateur du mouvement anti-islam des Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident (Pegida), a démissionné de ses fonctions, mercredi 21 janvier. En cause, la révélation le matin même par le quotidien Bild que ce quadragénaire avait posté sur Facebook une photo de lui grimé en Hitler et traitait les étrangers de « bétail » et de « bâtards ». Pour un mouvement qui était à la recherche d'une certaine respectabilité, et se défendait d'être raciste, ces révélations tombaient on ne peut plus mal.


Lutz Bachmann, fondateur du mouvement anti-islam des Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident (Pegida), a démissionné de ses fonctions, mercredi 21 janvier. En cause, la révélation le matin même par le quotidien Bild que ce quadragénaire avait posté sur Facebook une photo de lui grimé en Hitler et traitait les étrangers de « bétail » et de « bâtards ». Pour un mouvement qui était à la recherche d'une certaine respectabilité, et se défendait d'être raciste, ces révélations tombaient on ne peut plus mal.
Lire notre visuel interactif : A Dresde, berceau du mouvement Pegida contre « l'islamisation de l'Europe »
Interrogé par Bild, le dirigeant de Pegida explique avoir fait ce cliché « chez le coiffeur » lors de la parution de la version audio d'un ouvrage satirique sur Hitler, « Il est de retour », de l'Allemand Timur Vermes (2012).
Cuisinier reconverti dans la publicité, Lutz Bachmann, natif de Dresde, avait fondé Pegida en octobre 2014 pour protester contre l'installation de camps de réfugiés en Saxe. Chaque lundi, il appelait la population à manifester dans les rues de Dresde, une démarche qui rappelait les manifestations pour la démocratie qui ont fait tomber le régime communiste en RDA à l'automne 1989.
40 000 PERSONNES ATTENDUES À LEIPZIG

Je suis toujours surpris par la bêtise de certains, il est clair qu'en lançant un mouvement comme celui-ci il allait être inspecté jusqu'au plus profond de son intimité et que tous les squelettes des ses placards allaient être dévoilés.

Ceci-dit je pense que le gouvernement allemand, ainsi que l'Union Européenne ne devrait pas prendre à la légère ce genre de mouvement.

Certes, c'est un "rigolo" qui à lancer se mouvement, probablement plus pour faire parler de lui que par conscience politique mais si de quelques messages sur Facebook on passe à 40 000 personnes qui manifestent dans la rue c'est bien qu'il y a un soucis et qu'il vaut mieux en tenir compte maintenant plutôt que de se retrouver avec un mouvement à la Hitler d'ici quelques années.

Au départ, seules quelques centaines de personnes ont répondu à son appel lancé sur Facebook. Mais à partir de décembre, elles étaient plusieurs milliers. Outre des slogans contre les étrangers, les manifestants s'en prenaient à la fois aux « politiciens » et surtout à la presse qu'ils qualifiaient de « presse mensongère » (Lügenpresse), une expression créée par les nazis dans les années 1930.
Le 12 janvier, selon la police, 25 000 personnes avaient participé à la manifestation de Dresde. Comme le rassemblement du 19 janvier a été interdit pour des raisons de sécurité, Pegida avait prévu de se joindre mercredi à une manifestation organisée à Leipzig, la deuxième ville de Saxe, par Legida, la déclinaison locale de Pegida. On attendait 40 000 manifestants mais également environ 60 000 contre- manifestants répartis dans une vingtaine de rassemblements.
BACHMANN PLUSIEURS FOIS CONDAMNÉ
Mercredi soir, nul ne pouvait dire si Pegida survivra au retrait de son fondateur. Celui-ci était de toute façon en difficulté. Déjà condamné pour divers délits à trois ans et huit mois de prison, il s'était dans un premier temps réfugié en Afrique du Sud pour échapper à la justice. Après son extradition en Allemagne et un séjour de deux ans derrière les barreaux, ce partisan de la « tolérance zéro » pour les immigrés qui commettent des délits s'est fait à nouveau condamner pour détention de 40 grammes de cocaïne. Il est actuellement en liberté conditionnelle.
Son image était suffisamment mauvaise pour que, le 18 janvier, ce n'est pas lui mais la porte-parole du mouvement, Katrin Oertel, qui représentait celui-ci à un talk-show télévisé très écouté, le premier auquel participait cette organisation. Après les révélations faites par Bild, le procureur avait annoncé lancer une enquête pour « incitation à la haine ».
Pour la petite histoire, ce n'est pas Pegida qui, initialement, a rendu publique la démission de son dirigeant mais Frauke Petry, une responsable du parti eurosceptique Alternative pour l'Allemagne, ce qui en dit long sur les liens entre les deux organisations. Lors de ses vœux le 31 décembre, Angela Merkel avait dénoncé les dirigeants de Pegida qui, disait-elle, incitaient à « la haine », même si elle disait « devoir comprendre les préoccupations » des manifestants.


*********************************

Défouloir

Photos-Camions

    La date/heure actuelle est Sam 27 Mai - 6:24