Défouloir

Pour les nouveaux inscrits et les invités                  Adresse couriel                 Le site du défouloir                Les photos du Défouloir                


Des propos du numéro 2 de l'Elysée mettent dans l'embarras Fillon et la présidence

Partagez
avatar
Jean-pierre
Se défoule à fond

Masculin Nombre de messages : 95286
Age : 57
Localisation : 50.491371N 5.856528E
Loisirs : Internet
Date d'inscription : 05/03/2005

Des propos du numéro 2 de l'Elysée mettent dans l'embarras Fillon et la présidence

Message par Jean-pierre le Dim 9 Nov - 8:18

Paris (AFP) - François Fillon a-t-il sollicité l'exécutif pour accélérer les procédures judiciaires visant Nicolas Sarkozy? Les révélations de journalistes du Monde mettent dans l'embarras malgré leur démenti l'ex-Premier ministre et surtout Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Élysée.

L'affaire a pris une tournure judiciaire samedi avec l'annonce par l'entourage de M. Fillon d'une "plainte" de l'ex-chef du gouvernement "contre les deux journalistes, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, et contre Le Monde pour diffamation".

Objet du litige: les révélations des deux enquêteurs qui affirment dans leur livre "Sarko s'est tuer" (Stock) qu'au cours d'un déjeuner dans un restaurant proche de l'Elysée le 24 juin, M. Fillon aurait dénoncé auprès de M. Jouyet le remboursement par l'UMP des pénalités liées au dépassement du plafond des dépenses de campagne de M. Sarkozy en 2012.

"Tapez vite, tapez vite! Jean-Pierre, tu as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir. Alors agissez!", aurait lancé M. Fillon, accusant l'ex-président d'"abus de bien social", "de faute personnelle".

L'ex-chef du gouvernement, qui entretient des relations notoirement exécrables avec l'ancien chef de l’État, est aujourd'hui entré dans une concurrence féroce avec lui pour la présidentielle de 2017.

MM. Fillon et Jouyet ont démenti avoir tenu de tels propos, de même qu'Antoine Gosset-Grainville, ancien directeur adjoint de cabinet de M. Fillon, lui aussi présent à ce déjeuner. "Méprisable", s'est offusqué dès mercredi l'ex-Premier ministre, avant l'annonce de son dépôt de plainte samedi.

"Inimaginable", avait quant à lui rétorqué M. Jouyet. L'ex-secrétaire d’État aux Affaires européennes de M. Fillon (mai 2007 à décembre 2008) s'est fendu d'un SMS à son ancien patron exprimant "excuses et regrets" pour "ces bruits de couloirs élyséens".

Mais les deux journalistes maintiennent leur version avec à l'appui une interview du numéro 2 de l’Élysée le 20 septembre au palais présidentiel, enregistrée avec l'assentiment de l'intéressé, et publiée en partie dans le Monde paru samedi.

Samedi, un proche de M. Fillon, le député UMP Jérôme Chartier, a demandé aux journalistes de "faire entendre" leur enregistrement.

"Que la vérité éclate, c'est ce que demande François Fillon", a ajouté M. Chartier, dénonçant une "polémique infâme".

- 'Personnage intrigant' -

Cette affaire peut-elle éclabousser le chef de l’État? L'Élysée, sollicité samedi par l'AFP, est resté silencieux. Mais un proche du président souligne que François Hollande s'est toujours tenu scrupuleusement au respect de l'indépendance de la justice et "n'est jamais sorti de cette ligne", "il est inattaquable, inflexible", a-t-il assuré à l'AFP.

Dans l'article du Monde, le chef de l'Etat n'est d'ailleurs pas mis en cause. Selon les propos rapportés de M. Jouyet, il a opposé un non catégorique à toute intervention. "Quand Fillon m'a dit ça, j'ai dit: +Tiens, oui, on pourrait simplement signaler le machin...+ Mais François (Hollande) m'a dit: +Non, non, on ne s'en occupe pas+", relate le quotidien.

Ce même intime du président reproche en revanche au numéro 2 de l’Élysée "de ne pas dire la vérité" et affirme qu'"il n'y a que l'enregistrement qui compte".

En tout cas, conclut-il, "c'est du pain béni pour Nicolas Sarkozy" face à M. Fillon pour 2017.

"C'est très grave", estime pour sa part un membre de l'exécutif assurant que nombre de ministres voient en Jean-Pierre Jouyet "un personnage intrigant" qui "manipule tout le monde".

Ils reprochent à cet ami intime de François Hollande, qui l'a propulsé le 16 avril secrétaire général de l’Élysée, un poste charnière, d'entretenir des relations "troubles" avec la droite.

Il y a un an exactement, des allégations de "cabinet noir" à l’Élysée avait été propagées, via l'hebdomadaire Valeurs actuelles, par un ex-chef du service des télécommunications et de l'informatique de la présidence.

Ce dernier mettait en cause de supposées recherches illégales dans les archives électroniques protégées de l'ex-président Sarkozy. Dans un communiqué, la présidence de la République, voulant "rétablir la vérité des faits", avait expliqué avoir simplement "été saisie, au printemps 2013, de trois réquisitions judiciaires auxquelles il a été répondu dans le strict respect du droit".

tempsreel.nouvelobs.com

Ben voyons, flamby la teinture qui à une haine viscérale contre Nicolas Sarkozy auraient: "non non, on ne s'en occupe pas" à qui veut-on le faire croire Question Pas à moi en tout cas, je suis plutôt persuadé du contraire et persuadé qu'il y a à l'Elysée un cabinet noir tout spécialement chargé de nuire à Nicolas Sarkozy et qu'ils ont fait pression sur les juges pour presser les soit-disant affaires qu'il y aurait contre l'ancien chef de l'état.


*********************************

Défouloir

Photos-Camions

    La date/heure actuelle est Dim 23 Avr - 7:28