Défouloir

Pour les nouveaux inscrits et les invités                  Adresse couriel                 Le site du défouloir                Les photos du Défouloir                


Débat Hollande–Sarkozy : Ce qui les a opposé

Partagez
avatar
Jean-pierre
Se défoule à fond

Masculin Nombre de messages : 95454
Age : 57
Localisation : 50.491371N 5.856528E
Loisirs : Internet
Date d'inscription : 05/03/2005

Débat Hollande–Sarkozy : Ce qui les a opposé

Message par Jean-pierre le Jeu 3 Mai - 8:14

« Je ne suis pas votre élève. » Les mots de Nicolas Sarkozy – et de François Hollande, la même expression ayant été utilisée par le socialiste au cours du débat – résument l'opposition entre les deux candidats à l'élection présidentielle. À tour de rôle, l'un des prétendants à l'Élysée ont voulu déstabiliser l'autre, le contredire, quite à le faire passer pour un donneur de leçon. « Décidément vous êtes fâchés avec les chiffres. Vous êtes de la cour des comptes, vous devriez connaître les chiffres », lance Sarkozy. « Comme vous dites je suis de la cour des comptes et mes chiffres sont exacts », répond Hollande. À plusieurs reprises, le président sortant traite son adversaire de « menteur ». À la troisième fois, le socialiste répond et fustige ce « leitmotiv ». De fait, les points d'accroche ont été nombreux.


La présidence qui s'achève. En se présentant comme « président du rassemblement », Hollande reprend un thème cher au Parti socialiste : l'opposition entre Français qu'instaure – selon eux – Sarkozy depuis son arrivée à la tête de l'État. Ce dernier se défend, d'abord en évoquant les « formules creuses » du candidat PS. « Il n'y a pas eu de divisision, il n'y a pas eu d'émeute », poursuit-il en exemple, avant d'asséner un sanglant « le redressement, ce n'est pas qu'un mot, ce sont des faits ». « Quand on m'a comparé à Franco, à Pétain, vous n'avez pas dit un mot. Et pourquoi pas d'Hitler ? », poursuit le président sortant. « Vous aurez du mal à vous faire passer pour une victime », répond Hollande. D'emblée, le ton est donné.

- Le « bouclier fiscal », l'un des points d'attaque préféré du camp PS envers Sarkozy. « Je préfère que les riches fasssent des chèques au Trésor public. Ça s'appelle la justice fiscale », lance Hollande, cinglant. « Moi je protège les enfants de la République, dit-il en faisant référance aux 60.000 poste qu'il entend redéployer dans l'Éducation nationale en cinq ans. Vous c'est les plus privilégiés. C'est votre droit. » « Vous voulez moins de riches. Moi je veux moins de pauvres », répond Sarkozy. Et concernant les 60.000 postes ? « Le problème de l'école n'est pas un problème de quantité, c'est un problème de formation », estime le candidat UMP.

- L'Europe. Évidemment, les deux s'opposent sur ce sujet. François Hollande veut renégocier le traité européen de stabilité budgétaire. « Je sens les lignes bouger, assure-t-il. Le premier tour y est peut-être pour quelque chose. » Sarkozy défend, lui, son bilan. « L'Europe s'en est sortie et ce n'était pas si facile », juge le candidat UMP. « L'Europe ne s'en est pas sortie », coupe Hollande.

- L'immigration. « Le nombre de personnes rentrant sur notre territoire en situation légale est de 200.000 par an », commence Hollande, affirmant vouloir limiter l'immigration économique ; les régularisations se feront au cas par cas, suivant des critères précis : travail, présence sur le territoire, etc. La France est un pays ouvert, répond Sarkozy. Nous avons accueilli trop de monde ce qui a bloqué notre système d'intégration », dénonce quant à lui Sarkozy qui veut diviser par deux – de 180.000 à 90.000 – le nombre d'immigrés légaux par an.

- Le nucléaire. Les deux s'écharpent au sujet de Fesseinheim. « Une seule centrale fermera durant le prochain quinquennat : Fessenheim », s'engage Hollande. « Pourquoi voulez-vous la fermer ? Pour faire plaisir à Mme Joly ? », répond Sarkozy, qui parle d'un « accord méprisable » conclu entre le PS et EELV.

- La présidence. Le mantra de la soirée ? « Moi président de la République », répète plus d'une dizaine de fois Hollande. La réponse de Sarkozy est également tranchante : « Votre normalité n'est pas à la hauteur des enjeux. (…) Vous venez de nous faire un beau discours. On en aurait la larme à l'œil ».

- Les hôtels. Une opposition peut en cacher d'autres : il y a le Bristol. Sarkozy nie avoir participé à une réunion de donateurs de l'UMP dans ce palace parisien. « Vous êtes un petit calomniateur », lance-t-il. Et il attaque sur le Carlton, évoquant Dominique Strauss-Khan. « Je ne prendrai pas de leçons d'un parti politique qui a voulu avec enthousiasme se rassembler derrière Dominique Strauss-Kahn », attaque Sarkozy. « Ce n'est pas moi qui ai nommé DSK à la tête du FMI », répond le socialiste. « Je le connaissais moins bien que vous », reprend le président sortant. « Vous croyez que je connaissais sa vie privée ? », demande le socialiste. Sarkozy coupe court, qualifiant Hollande de « Ponce Pilate ».

- L'Afghanistan. C'est le dernier grand point d'opposition entre les deux hommes : Hollande veut que les troupes françaises aient quitté les collines afghanes d'ici la fin de l'année 2012. Sarkozy veut suivre son programme et quitter le pays en 2014.

francesoir.fr

Intéressant comme débat mais ça ne fait que conforter l'opinion que j'avais avant il y a un qui à la carrure et un projet et l'autre qui n'est et ne restera jamais qu'un opposant déconnecté des réalités de la vie politique européenne et mondiale.


*********************************

Défouloir

Photos-Camions
avatar
turbo
Chef
râleur

Masculin Nombre de messages : 1133
Age : 60
Date d'inscription : 23/05/2009

Re: Débat Hollande–Sarkozy : Ce qui les a opposé

Message par turbo le Sam 5 Mai - 13:11


j'ai regardé sa étais trés dure pour resté éveillez du a se débat plutot stéril ou à mon avie certaine questions importante non pas ètais débatus
avatar
Jean-pierre
Se défoule à fond

Masculin Nombre de messages : 95454
Age : 57
Localisation : 50.491371N 5.856528E
Loisirs : Internet
Date d'inscription : 05/03/2005

Re: Débat Hollande–Sarkozy : Ce qui les a opposé

Message par Jean-pierre le Sam 5 Mai - 13:24

En fait ça n'amène pas grand chose, c'est plus un exercice de style pour les bobo parisiens qui en font tout un plat je pense que dans le reste du pays on sait déjà pour qui on va voter et l'on attend pas après ça pour se faire une opinion.


*********************************

Défouloir

Photos-Camions

Contenu sponsorisé

Re: Débat Hollande–Sarkozy : Ce qui les a opposé

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû - 23:51